5 preuves que le vélo est un sport polluant

Spread the love

Le vélo a l’apparence d’un sport écologique, étant donné qu’on utilise pas d’énergie fossile (essence) pour son déplacement, que l’on va vite et qu’on ne fait de mal à personne. Faux. 5 preuves :

  1. POLLUTION DE RÉPARATION : La seule preuve en est que 74% des personnes interviewées (échantillon 290 personnes) en Savoie se disent incapables de réparer un pneu crevé. Comment font ces personnes font pour réparer leurs vélos ? Elles les emmènent dans des magasins spécialisés… en voiture (61%).

oman14-st4-Froome-attacks-e1392991243686

2. POLLUTION DE DÉPLACEMENT : Le Tour de France attire aussi des millions de personnes, qui s’approche en… voiture pour gravir les cols que les « dopés » graviront le lendemain ou l’après midi à des vitesses toujours plus ridiculement rapides.

3. POLLUTION MUSCULAIRE : Le vélo est polluant, et en plus il rend les gens complètement déséquilibrés. Les muscles du dos et du derrière des jambes se raidissent. Prémices de lombalgies et cervicalgies, eux mêmes prémices de tensions, AVC et morts.

4. POLLUTION DE FABRICATION : Les matériaux tels que l’aluminium, le caoutchouc, l’acier, les plastiques et maintenant les batteries sont tout sauf « écolo ». Exemple: Rappelons que le caoutchouc a aidé à l’extermination de millions d’aborigènes d’Amazonie, d’Australie et d’indiens.

5. POLLUTION SONORE : Les partisans du vélo sont nombreux à chanter fort des chansons païennes, à siffloter, ou même à lâcher les mains pour taper la rythmique de leurs chansons favorites sur leurs guidons. Ne parlons pas de la sonnette.

Autant d’argument en faveur de la voiture, maître du déplacement depuis un siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *