Enquête exclusive du Mauvais Prétexte : dans les réseaux de recrutements radicaux des Savoisins

Spread the love

ENQUÊTE EXCLUSIVE DANS LES RÉSEAUX SAVOISINS EXTRÉMISTES

savoisin chambery

  C’est une de ces enquêtes qui réveille l’opinion, une de ces enquêtes dont rêve chaque journaliste international. C’est pour notre part chose faite. En effet, le Mauvais Prétexte a enquêté, durant plusieurs mois, dans les réseaux savoisiens extrémistes. Recrutement, financement et actions, passage au crible d’une organisation qui sème la terreur dans notre ville.

Ils sont là, tous les samedis matins au marché avec leur drapeau rouge croisé de blanc.Vous les avez sûrement déjà vus, ils vous ont sûrement déjà regardés et repérés.

Eux, ce sont les Savoisins, un groupe radical prêchant pour la libération de la Savoie.

recrutement savoisins chamberyRobert (pour des raisons de sécurité, son nom n’a pas été changé), un des infiltrés dans l’organisation, témoigne : « ceux que vous voyez le samedi, c’est la branche politique. Ils font de la relation publique et surtout, ils montrent aux forces de sécurité française qu’ils sont là, présents, et nombreux. Une fois, on en a compté jusqu’à 12 sur toute la région. Dans ces cas-là, on alerte le préfet. »

Mais les Savoisins, c’est une immense machine de propagande n’hésitant pas à recruter partout où elle peut. Robert raconte : « là où ils recrutent le plus, c’est dans les maisons de retraite. Ils arrivent, font croire qu’ils sont de la famille, cherchent une personne faible, souvent sourde ou qui ne comprend pas tout, et là, la machine d’embrigadement commence. »

En effet, le processus de recrutement est toujours le même :

berger france« ils commencent par te parler du bon vieux temps, celui où on pouvait conduire la 4L dans le col du Revard avec 3 grammes 5 dans le sang. Ils te parlent de l’époque où le vin était à 2 francs et les gitanes sans filtres à 5 francs. Pour les femmes, ils se remémorent l’époque où il y avait encore des boutiques Phildar et Bergère de France à Chambéry. »

Pour les plus faibles, le vrai embrigadement commence : « les plus fragiles y adhèrent direct, alors ils passent le cap au-dessus et leur disent qu’en Savoie libre, ils auront le droit à plus de sous pour leur retraite, et qu’il y aura un buffet libre tous les midis » où ? Ça, personne ne le sait …

Il n’en faut pas plus aux Savoisins pour avoir des nouvelles recrues toutes fraîches.

Mais quelles sont leurs cibles ? Comment comptent-t-ils faire pour terroriser la ville ? Souhaitent-t-ils poser des bombes devant les représentations de l’Etat Français ?

roquette vente chamberyRobert nous répond : « ils n’en sont pas encore là. Mais ils restent dangereux. Ils se fournissent souvent en roquette au marché. Ils ne mangent d’ailleurs jamais d’autre salade que celle-ci … C’est inquiétant. Et une fois, j’en ai vu un faire un croche-pied à un vieux monsieur qui portait un drapeau français. Il s’est pété le col du fémur. Ils n’arrivent pas à péter autre chose que ça pour l’instant mais … Ça reste préoccupant »

Préoccupant … d’autant plus que leur chef et certains d’entre eux viennent de la scierie. « Ils sont retraités de l’office des bois. Ils ont travaillé, pour la plupart d’entre eux en scierie, ça c’est un point qui nous préoccupe, rendez-vous compte : ils savent couper des têtes … »

Et quand l’on demande : des têtes ? Robert nous répond avec effroi « oui, des têtes ! Des têtes de lit, et même des pieds de table !!!! Ce sont des anciens pros, et on voit de tout en scierie !!! »

Une situation explosive, et concernant les financements, Robert est unanime : « les Savoisins se financent via le golf » On est alors en droit de se poser la question : pays du Qatar ? Arabie Saoudite ? Golfe Persique ? Les Savoisins seraient-ils les antennes de l’empire du pétrole souhaitant l’indépendance de la Savoie pour profiter de pistes totalement privatives pour que les princes puissent skier à volonté ?

golf_myansEt là, stupeur, la réalité dépasse largement la fiction : «  les Savoisins sont financés par le golf en effet. Celui de Myans. L’un d’entre eux fait dame pipi le week-end, ça rapporte assez pour financer les drapeaux. Le Qatar je sais pas, mais je sais qu’une fois, un golfeur qui voulait faire un caca tard a payé double, alors oui, ça peut sûrement aider à payer le péage et l’essence. Mais le plus gros de l’argent vient des princes … Ils utilisent leurs petits enfants pour vendre des vieux stocks de Prince de Lu rachetés en Belgique dans leurs écoles respectives. Avec les fonds récoltés, ils organisent le repas de fin d’année. »

On en sait alors un peu plus sur les Savoisins, cette organisation dangereuse et effrayante.

témoignage savoisins2Mais que dit le peuple ? Les Savoyards eux, en ont marre, comme en témoigne Régine Pfuline, 75 ans « il y en a marre. Quand je dis que je suis Savoyarde, on me stigmatise à cause de ces ordures, et je suis obligée de me justifier. On ne devrait pas faire ça. Ceux qui se revendiquent Savoisiens ne partagent pas les même valeurs que nous. »

témoignage 1 savoisinsPatrick Toubulou, fromager depuis dix ans, témoigne : « une fois, ils sont venus à plusieurs dans mon magasin et ont dit que si je vendais mes fromages à d’autres personnes que des Savoyards, je verrais ce que je verrais … avant de partir ils ont écrasé ma promo sur le camembert sous prétexte que ce n’était pas savoyard mais normand, et ont bu toutes mes bouteilles de bordeaux en disant que de toutes façons, le vin français, c’était de la merde … j’ai eu très peur vous savez ! »

Mais que faire face à cette vague radicale ?

Léopold Turlute, spécialiste en déradicalisation savoisienne a été missionné par le ministère de l’intérieur pour aider ceux qui ont réussi à sortir de ce que l’on considère maintenant comme une secte folle.

scierie savoisins chamberyIl nous raconte : « lors des séances de déradicalisation, nous travaillons sur 3 axes. Le premier, c’est d’expliquer que la scierie, c’est dangereux : il y a des bout de bois partout, de la poussière qui rentre directement dans les poumons et en plus il y a des machines-outils dangereuses qui peuvent faire très mal ! Le deuxième axe de travail, c’est la dégustation de vin, fromage, saucisse, d’ailleurs à l’aveugle pour éviter les préjugés. On commence avec des fromages d’Isère, et on finit avec du marwal mais … ça prend du temps. La troisième phase, c’est leur santé, très précaire. Car les Savoisins ont tous plus de 80 ans, leur santé est donc très fragile, vous savez, les dalles devant le palais de justice sont très glissantes,

et il n’est pas rare de voir des Savoisins qui, un samedi de pluie, ont glissé sur le sol avec leur drapeau et finissent avec une fracture du coccyx mal soudée. »

Vous avez été embrigadé par les Savoisins ? Vous voulez en parler ? Envoyez vos témoignages sur lemauvaispretexte@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *