Violent incendie à ETAM, Chambéry : des clientes en colère mettent le feu au magasin

Spread the love

Incendie spectaculaire en plein centre ville de Chambéry, qui a ravagé de fond en comble le magasin ETAM, place St Léger.

Ce vendredi 31 juillet, alors que les Soldes se finissaient à peine, une bande de 15 jeunes femmes, la quarantaine (selon le vigile présent à l’entrée) se seraient précipitées à l’intérieur du magasin, bidons d’essences et briquets à la main.

« A bas les soldes » « voleurs ! » hurlaient elles avec acharnement

Dépassé, le vigile, Sam, 2m06, 118 kilos, a été plaqué au sol et bâillonné par les clientes pour être ensuite jeté au fond de l’allée adjacente (juste à côté d’Occitane)

« Je n’ai jamais été confronté à une telle fureur, je n’ai rien pu faire » témoigne t-il avec raison.

etam en feuLes agresseurs se sont ensuite jetées sur les vêtements qu’elles ont entassés au centre du magasin, aspergés d’essence puis incendié tout en scandant leurs slogans. En moins d’une demi heure, le magasin était ravagé et les agresseurs en fuite.

Arrivés sur les lieux à la fin de l’incendie, les forces de l’ordre avouaient leur incompétence.

travauux ETAm pl st léger2-1200« D’habitude, ce genre d’actions est facilement imputable à deux groupes de jeunes de banlieues déjà référencés dans nos fichiers, mais là, si ce sont des gens respectables qui s’y mettent… » témoignait l’officier de police présent sur les lieux.

Quid de la vidéosurveillance ?

camera videosurveillanceLa caméra de vidéo surveillance présente dans le coin de la rue de Boigne et de la Place St Léger n’a pas eu une portée suffisante pour donner des indices satisfaisants.

« Il faudrait installer une quarantaine de caméras de plus sur toute la place pour avoir une couverture totale » nous dévoile  Maurice P., technicien de la Voirie Publique.

Alerté de cet incident, Mr Pantin a pris acte et proposera au prochain conseil municipal un déblocage exceptionnel des fonds publiques pour la mise en place sous peu des caméras manquantes. Une bagatelle de 625 000 €.

Une décision approuvée par la compagnie d’assurance d’ETAM et de la plupart des commerces du centre ville

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *